Rehon était un village très réputé pour ses bonnes nourrices choisies par les bourgeois et les familles d’officiers.  Le nom de famille le plus connu était celui d’Aubrion qui a fourni pendant plusieurs siècles des représentants de l’autorité municipale. Après la Révolution de 1789, des descendants de cette famille ont été maires de la commune de Rehon, de père en fils, pendant près d’un siècle.

Mexy, conformément à des décisions prises en l’an I de la République, faisait partie du district de Longwy, département de la Moselle. Un décret de Napoléon 1er, du 5 juin 1812, lui fit perdre son autonomie en le rattachant à Rehon.

 

Jean-François Alfred Mézières était le fils d'un ancien recteur de l'académie de Metz, Marie-Louis Mézières, demeurant 28 rue de Noyon à Paris et de Anne-Virginie Aubrion, fille de M. Jean-François Aubrion, maire de Rehon. Il naquit le 19 novembre 1826, à Rehon.

 

Jusqu’en 1853, Rehon fut un petit village habité par des cultivateurs, quelques artisans et des rentiers. Bientôt des étrangers porteurs de chaînes d’arpenteur traversèrent les prairies, depuis Longwy, jusqu’à Longuyon. L’année suivante vit la construction de la voie ferrée permettant de se déplacer plus vite qu’en diligence et de transporter plus facilement les matériaux. La fin de la vie bucolique est mentionnée par une note d’archives (2 novembre 1861) : location de la maison du pâtre (plus de troupeau). Il fallait loger les ouvriers travaillant à l’établissement de la ligne de chemin de fer Longwy-Longuyon.

 

En 1865, il existait deux moulins : le Moulin Neuf (moulin Wagner) et le moulin de Chénières. Un troisième moulin « le moulin Henrion » était alimenté par le ruisseau. Le Moulin Neuf fut acheté par la société des grands moulins Vilgrain de Nancy, en 1939. Désaffecté vers 1950, il fut reconverti par la suite en magasin de commerce. Il sera détruit dans un incendie le 13 mars 2011. Le moulin de Chénières fut arrêté en 1897. En 1910, il laissa sa place à une aciérie Thomas et à un laminoir pour rails, poutrelles, ronds et billettes.

Page précédente Page suivante